Traçabilité

INFORMATIONS SUR LA TRAÇABILITÉ DES ANIMAUX D’ÉLEVAGE - avril 2019

L'ACFE travaille en étroite collaboration avec les intervenants de l'industrie sur la traçabilité du bétail en ce qui concerne les foires, les expositions et les sociétés agricoles. Nous comprenons que les modifications actuelles et proposées constituent non seulement un fardeau financier et administratif pour vous, mais soulèvent également des préoccupations en matière de santé et de sécurité. La majorité des foires, des expositions et des sociétés agricoles étant gérées par des bénévoles ou faisant largement appel à eux, ces préoccupations deviennent encore plus pressantes. Nous voulons assurer le succès de vos événements pour les années à venir et travaillons en étroite collaboration avec les associations provinciales pour représenter vos intérêts.

Vous trouverez ci-dessous des documents importants et des mises à jour sur la traçabilité du bétail en ce qui concerne vos événements. REMARQUE : Les informations fournies ont une portée fédérale. Votre province peut avoir des règles, des directives et des informations supplémentaires. Contactez votre association provinciale pour plus d'informations. S'il vous plaît examiner attentivement.

QFP SUR LA TRAÇABILITÉ DES ANIMAUX

RÉGLEMENTATION EN VIGUEUR

Que devrait-je faire cet été pour la traçabilité du bétail ?
Il n’y a rien de différent à faire pour cet été. Toutefois, depuis 2000, les foires et les expositions ont été jugées responsables de l’étiquetage approuvé de tous les animaux qui arrivent sur les lieux. La meilleure pratique pour s’y conformer est d’informer tous les exposants que leurs animaux ne seront pas autorisés sur le site s’ils ne sont pas correctement identifiés avec une étiquette approuvée. Vous pouvez les inclure dans vos règles et règlements et inclure une signalisation sur votre terrain à vos entrées pour appuyer ce règlement.

Devrais-je marquer les animaux sur mon terrain ?
Nous vous recommandons de ne pas être responsable du marquage des animaux pour des raisons de responsabilité. Au lieu de cela, nous vous recommandons de ne pas autoriser les animaux sur les terrains qui ne sont pas étiquetés. Si une étiquette est retirée ou perdue, le propriétaire de l’animal doit la remplacer dès que possible.

Pourquoi l’Agence canadienne d’identification du bétail (ACIB) m’a-t-elle envoyé un courriel?
Dans le cadre des modifications proposées, vous devrez obtenir un numéro d’identification de site (NIP), et l’ACIB est en train de créer leur base de données sur les NIP. Pour obtenir un NIP, veuillez contacter votre représentant provincial.

Quels animaux sont soumis à la traçabilité du bétail ?
En fait, les bovins, les bisons, les moutons et les porcs sont soumis à la traçabilité du bétail.

Où se situe l’industrie des foires et des expositions ?
Les provinces et l’organisation nationale (ACFE) ont signé un énoncé de position sur la traçabilité du bétail. Nous ne sommes pas favorables à ce que les foires et les expositions soient responsables du marquage et de la création de rapports.

Que devrait-je faire ?
Plus d’informations suivront sur la manière dont vous pouvez appuyer l’énoncé de position avant et pendant la période de commentaires de 75 jours. Il est important que nous ayons une voix unifiée pour plaider en faveur du changement. À ce stade, vous devriez :

1, Modifiez vos règles et règlements pour spécifier que tous les animaux arrivant sur votre site nécessitent une étiquette approuvée.

2, Inscrivez-vous pour obtenir un numéro d’identification de lieu et informez CCIA de ce numéro (il sera nécessaire indépendamment du fait que les foires et les expositions soient responsables de la soumission lorsque les animaux arrivent et sortent du parc des expositions)

3. Surveillez dans vos boîtes de réception les courriels de l’ACFE et de votre association provinciale concernant les prochaines étapes.

PROJET DE REGLEMENT

Qu’est-ce qui va finir par changer ?
Certains changements proposés impliquent que votre foire ou votre exposition soit obligée de consigner et de soumettre le moment où les animaux arrivent et quittent votre foire. De plus, les chèvres et les cervidés seraient soumis à la réglementation en matière de traçabilité du bétail.

Quand ces changements arriveront-ils probablement ?
Nous venons de recevoir notification que les premiers changements seront discutés en hiver / printemps 2020. Ce qui signifie que l’approbation finale n’aura pas lieu avant fin 2020 au plus tôt. Vous devrez probablement mettre en œuvre les changements en 2021. Le règlement doit être publié dans la Gazette du Canada (hiver / printemps 2020) avec une période de commentaires de 75 jours. Les commentaires sont ensuite examinés et la version finale sera publiée dans la Gazette du Canada. Une fois la version finale publiée, les règles seront mises en œuvre.

Budget fédéral

L’ACFE ACCUEILLE LE BUDGET FÉDÉRAL COMME UNE PREMIÈRE ÉTAPE POSITIVE (mars 2019)
L’Association canadienne des foires et expositions (ACFE) est heureuse de voir que l’une de leurs recommandations au Comité fédéral de finances a été mise en œuvre.

L’automne dernier, l’ACFE a formulé des recommandations à l’intention du Comité fédéral des finances afin d’appuyer les foires et les événements partout au Canada.

Après la publication du budget fédéral de 2019 hier après-midi, le gouvernement a annoncé un financement de 24 millions de dollars au cours de deux ans pour soutenir « plus de festivals, de célébrations à grande échelle et d’initiatives de commémoration ». Ce financement sera versé à l’organisme Building Communities Through Arts et les programmes du patrimoine et des célébrations et commémorations.

« Nous sommes ravis que notre recommandation figure dans le budget », déclare Christina Franc, directrice générale de l’ACFE, « mais nous continuerons de rencontrer les parties prenantes pour nous assurer que notre industrie est éligible à ces subventions et que nos événements sont considérés comme événements culturels liés au patrimoine, selon les définitions relatives à ces possibilités de financement, conformément à une autre recommandation ».

L’ACFE est également favorable à un financement qui soutiendra directement et indirectement l’industrie et nos communautés. Le financement destiné aux réparations des infrastructures, aux Fonds d’expériences canadiennes proposé, à l’Internet à large bande rurale amélioré et à l’amélioration de l’efficacité des immeubles sont tous des programmes qui aideront les foires et les événements partout au Canada à devenir durables et concurrentiels, en particulier dans les collectivités rurales.

« Notre organisation et nos membres ne s’intègrent pas nécessairement dans un seul ministère fédéral. Nous sommes agriculture, nous sommes tourisme, nous sommes patrimoine canadien », dit Franc, « et nous allons donc travailler avec notre industrie pour tirer le meilleur parti de ces possibilités tout en continuant à travailler pour un financement plus structuré dédié à notre industrie ».

Un dernier point à considérer que l’ACFE aimerait voir à l’avenir est un financement dédié au ministère du Développement rural et économique nouvellement créé pour faire avancer son mandat sans devoir compter sur un financement interministériel.

L’année dernière l’ACFE a présenté une mémoire au Comité des finances, a présenté un exposé au Manitoba et a rencontré plusieurs ministres du Parlement afin de s’assurer que les foires et les événements jouaient un rôle de premier plan au niveau fédéral. L’ACFE est un organisme de bienfaisance fondé sur le service qui a été créé en 1924 et représente près de 800 événements urbains et ruraux à travers le Canada, qui chaque année, reçoivent 35 millions de visiteurs et contribuent un milliard de dollars à l’économie canadienne. L’ACFE soutient les parties prenantes qui ont un intérêt direct et un lien avec le secteur canadien des foires et expositions.

Pour plus d’informations:
Christina Franc, directrice générale
1-800-663-1714 ext. 700 | christina@canadian-fairs.ca

Projet de loi S-228

PROJET DE LOI FÉDÉRALE CONCERNANT LES FOIRES, EXPOSITIONS ET ÉVÉNEMENTS (avril 2018)
Sujet : Projet de loi S-228 : Loi modifiant la Loi sur les aliments et drogues (interdisant la vente d’aliments et de boissons aux enfants), a.k.a. Loi sur la protection de la santé des enfants

Chers foires, expositions et sociétés agricoles,

Au cours des derniers mois, l’Association canadienne des foires et expositions (ACFE) a poursuivi des discussions avec le gouvernement fédéral concernant le projet de loi susmentionnée (le texte intégral du projet de loi est disponible ici : http://www.parl.ca/DocumentViewer/fr/42-1/projet-loi/S-228/troisieme-lecture. Le but de ce projet de loi est de réglementer la publicité envers les enfants, en ce qui a trait aux aliments malsains définis par Santé Canada. Les règlements peuvent entrer en vigueur dès 2019. L’ACFE soutient pleinement l’adoption de pratiques saines et encourage un mode de vie sain pour les enfants, mais le libellé vague du projet de loi soulève deux préoccupations pour nos événements:

De nombreuses foires et événements locaux dépendent fortement du soutien des entreprises locales, des commanditaires et des entreprises pour soutenir leurs activités de développement communautaire. Le projet de loi S-228 pourrait avoir une incidence sur leurs industries et leur soutien de nos événements. Sans le soutien des partenaires du secteur privé qui soutiennent également d’autres événements, comme les événements sportifs (c.-à-d. Le parrainage de Tim Horton au hockey) exemptés en vertu du projet de loi S-228, ces événements pourraient subir des pertes importantes.
Voici quelques exemples de commandites qui peuvent être perdues : le soutien de votre Tim Horton local, le parrainage de Coca Cola ou de Pepsi, le financement de programme de McDonalds, pour n’en nommer que quelques-uns.

En outre, il y a des centaines de petites entreprises sous la forme de vendeurs, de camions de nourriture et de concessionnaires à nos événements qui auront probablement de la difficulté à respecter la loi dans les délais et dans leurs propres budgets. L’atmosphère de la foire est un événement coloré et joyeux et nous craignons que nos vendeurs soient relégués à la peinture blanche de leurs camions, perdant ainsi des ventes eux-mêmes et ayant un impact négatif sur le revenu et l’ambiance de la foire.
Par conséquent, l’ACFE a pris et continuera de prendre plusieurs mesures pour demander une modification au projet de loi ou un engagement de Santé Canada, selon lequel nos activités seront exemptées dans le règlement.

Les messages clés de l’ACFE

La majorité de nos événements existent depuis des décennies et ont donc des racines et des traditions culturelles profondes au sein de leurs communautés. Des générations de familles ont été impliquées en tant que bénévoles, participants ou visiteurs. Plus de 90 % des visiteurs des foires s’accordent à dire qu’ils constituent un rassemblement social important pour la communauté, qu’ils sont importants pour la tradition canadienne et que les événements améliorent la qualité de vie des gens de la région. De même, nos événements sont des occasions clés pour impliquer tous les âges dans l’engagement civique, que ce soit le bénévolat pour l’événement ou pour une association participant à l’événement, les plus petites foires et expositions facilement vont voire 150-300 bénévoles engagés chaque année.
• Souvent, c’est l’événement unique de l’année qui, non seulement rassemble toute la communauté, mais qui est aussi un moteur de stimulation économique, avec une incidence économique moyenne de 17,2 millions de dollars sur l’économie locale par exposition. À elles seules, les petites foires coûtent en moyenne 750 000 $, ce qui, dans une petite ville, représente un énorme avantage pour les entreprises.
• Ces événements sont favorables à la famille, offrant des divertissements et des activités pour tous les âges. En fait, les données démographiques correspondent à des soldes allant jusqu’à 59 ans et les enfants âgés de 10 à 13 ans représentent moins de 26 % de l’auditoire total.
• La force de nos événements vient de leurs origines riches, qui sont complétées par des innovations modernes, l’éducation et le divertissement. Nos événements ont été à la pointe de l’innovation technologique et des échanges éducatifs pendant des décennies, ayant été au passé le seul endroit où cette information pouvait être recherchée. Aujourd’hui, si les individus peuvent trouver des informations ailleurs, cela n’a pas empêché nos événements d’offrir des opportunités éducatives de haut niveau, notamment en matière de technologie, d’agriculture et de vie saine. Plus de 50 % des personnes interrogées déclarent que la composante éducative de nos événements améliore leurs visites et les principales raisons pédagogiques des foires commerciales sont : une alimentation saine, la sécurité alimentaire, la cuisine et la préparation des aliments, l’agriculture et la culture d’agriculture.
• L’ACFE serait heureux de travailler avec le gouvernement fédéral pour compléter le projet de loi S-228 en élaborant et en offrant des modules éducatifs sur la saine alimentation lors de nos événements, ce que beaucoup font déjà depuis des années.
• Enfin, nous sommes l’un des rares événements qui offre des expériences réelles et authentiques qui permettent aux enfants de sortir et de faire quelque chose, que ce soit à mi-chemin, en visitant des animaux ou en jouant à des jeux, pour n’en nommer que quelques-uns.
Cette lettre a pour but de vous informer de la situation actuelle, de sorte que vous puissiez également informer vos conseils et autres parties prenantes concernées.

Que vous soyez une foire, une exposition, un rodéo, une société agricole, un autre événement, un membre du service ou une association provinciale, nous sollicitons maintenant votre aide pour lancer une campagne de lettres. Nous vous encourageons à communiquer directement avec votre député par une lettre et / ou un appel téléphonique exprimant votre inquiétude à l’égard de ce projet de loi. L’effet que ce projet de loi aura sur nos événements, n’a pas été considéré et c’est une excellente façon de commencer la conversation. En communiquant directement avec votre député, vous établirez un lien avec lui/elle en tant qu’élément constitutif, mais vous pourrez également parler de votre événement en particulier et de l’incidence que ce projet de loi pourrait avoir sur vous.

Nous avons quelques étapes simples à suivre :
Si vous ne savez pas qui est votre député local, visitez http://www.noscommunes.ca/parliamentarians/fr/constituencies/FindMP pour trouver votre député.
Pour votre commodité, nous avons joint un exemple de lettre que vous pouvez utiliser. Veuillez l’ajuster et l’envoyer à votre député. Si possible, essayez de copier info@canadian-fairs.ca afin que nous puissions suivre les réponses.
Suivi quelques jours plus tard avec votre député au téléphone pour discuter de ses pensées et des actions possibles.
Si vous avez besoin d’aide, l’ACFE est là pour vous aider au 1-800-663-1714 ou info@canadian-fairs.ca

L’ACFE est là pour représenter nos meilleurs intérêts et nous vous encourageons donc à poursuivre votre engagement avec nous. En attendant, si vous avez des questions ou des préoccupations, n’hésitez pas à communiquer avec moi à christina@canadian-fairs.ca.

Cordialement,
Christina Franc
Directrice générale, ACFE